Je reviens.


Au détour de la rue, je la vois. Elle attend que le feu passe au vert pour traverser. Elle n'a pas changé. Toujours aussi belle.
Chaque jour et chaque nuit, je me suis rappelé son visage. Ses grands yeux noirs, ses lèvres, son sourire. Chaque jour et chaque nuit, j'ai tenté de me souvenir de son odeur et du grain de sa peau.
Elle rentre dans le café, me voit et vient s'installer en face de moi. Elle a ce petit sourire, un peu gêné.

- Bonjour Angèle...
- Bonjour...

Un an et six mois que je suis parti. Parti pour le boulot, une occasion en or, comme celle qui ne se présente qu'une fois et qu'il faut saisir.
Il était bien rodé mon discours. Notre couple traversait une épreuve, je suis parti dès que j'ai pu, cette occasion professionnelle tombait à pic.
Ne dis t-on pas que l'herbe est plus verte ailleurs? Et puis je n'aimais plus Paris.

- Comment vas-tu ? Je suis si content que tu aies accepté de me voir, lui dis-je.

Comment lui dire qu'elle m'avait tant manqué, que pas une seconde je n'ai cessé de penser à elle.
Je voulais savoir si elle avait reçu mes lettres, mes cadeaux.

- Je n'ai pas beaucoup de temps, dit-elle.
- Angèle, je sais que tu m'en veux. D'être parti. De t'avoir laissée seule. Mais je ne t'ai jamais quitté. Je ne l'ai jamais voulu. J'ai toujours pensé à toi. 

J'avance ma main vers la sienne, elle la recule.

- Tu es parti, pourtant.
- Je reviens. Je reviens, je suis là maintenant. C'était une belle expérience, mais c'est terminé.

Elle me regarde avec ses immenses yeux noirs, ils brillent.

- Je t'avais dit que je ne t'attendrais pas, Julien. Je te l'avais dit...
- Angèle...
- Tu m'as laissée alors que j'avais besoin de toi. Tu m'as laissée alors que nos amis se mariaient, avaient des enfants. Tu m'as laissée en m'humiliant et en criant sur les toits que tu étais heureux de partir. Tu m'as laissé si seule...

Des larmes coulaient sur ses joues.

- Angèle...
- Ce n'est plus la peine, Julien, se reprit-elle. Je suis guérie. J'ai appris à vivre sans toi.
Tu reviens peut-être, mais moi je suis partie depuis longtemps.

Elle se lève, se dirige vers la porte, se retourne une dernière fois et sors.

4 commentaires:

  1. Extrait de quel livre ??
    Quand la réalité dépasse la fiction ?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est moi qui l'ai écrit. ;-)

      Supprimer
    2. C'est très beau,
      mais triste...

      Supprimer
  2. une belle plume, une histoire triste, bien décrit, la vie quoi ;)

    RépondreSupprimer

N'hésitez pas à commenter !
Et laissez votre nom en sélectionnant Nom/URL!