Le Parfum.




Je n'ai jamais été fidèle à mes parfums. 
Une odeur m'attire, puis me lasse très vite. Trop fort, trop sucré, trop commercial, trop populaire et trop volatile. Et puis trop de choix.

L'odorat est mon sens le plus développé. J'aime sentir, ressentir. 
Rien ne me stimule plus la mémoire qu'une odeur entraperçue, fuyante, qui délivre des émotions, des instants passés avec des personnes aimées.
Car si je ne suis pas fidèle, j'aime que les gens qui m'entourent le soient. 
J'aime les retrouver eux et leur odeur. Ainsi c'est si facile de se souvenir. Si facile de les avoir près de soi quand ils nous manquent...
Ma mère portait Trésor de Lancôme. Aujourd'hui, elle ne le porte plus, mais quand je sens ce parfum, je suis dans ses bras, la tête enfouie dans son cou.
Mon grand-père portait Pour un homme de Caron et maintenant encore ses effluves de lavande me rappellent les heureux moments passés dans sa belle maison en Charente...

Il y a quelques mois, j'ai choisi. Le coup de foudre. Le vendeur d'un grand magasin me happe et me parfume le poignet. Le monde s'arrête, c'est si évident. 

C'est lui. C'est moi.

5 commentaires:

  1. Frédérique29 mai 2013 12:35

    Tu as complètement raison : le parfum est notre "madeleine de Proust" !!

    RépondreSupprimer
  2. Comme certaines musiques aussi ...

    RépondreSupprimer
  3. Bien senti CELINETTE ...
    mais tu m'as fait pleurer en évoquant "la lavande subtile de Caron"
    car c'est la date ou GRAND'PA nous a quittés depuis 14 ans et ça me touche que tu penses à lui de cette façon !

    RépondreSupprimer

N'hésitez pas à commenter !
Et laissez votre nom en sélectionnant Nom/URL!